Centre de Taiji Quan et de Qigong

FONDEMENT DES ARTS INTERNES CHINOIS



ARTICLE rédigé par Thierry DOCTRINAL

Pour la tradition chinoise, plusieurs fois millénaire, l’univers, la vie, les 10 000 êtres sont nés de la fusion et de l’interdépendance du Yin et du Yang, ou plutôt des opposés. Le chaud et le froid, le dur et le mou, le haut et le bas, le fluide et le solide,…, chaque élément de l’Univers se définissant « plutôt comme ceci » ou « plutôt comme cela », ou par comparaison « plus ceci » ou « plus cela ». Un état n’est jamais définitif et oscille de manière dynamique entre un état plutôt Yin ou plutôt Yang : tel est le principe de vie de l’Univers.

Le Taï Ji est le symbole de cette interdépendance et de cette dynamique régissant le Yin et le Yang.

Dans les exercices de visualisation, il se perçoit d’ailleurs de manière dynamique, comme tournant sur lui-même, témoin du Yin et du Yang s’interpénétrant et se transformant à l’infini.

Le principe du Yin et du Yang, le plein remplit le vide et le vide remplit le plein, se retrouve dans toutes les pratiques des arts internes et énergétiques.

L’alternance du plein et du vide, de l’excitation et du repos préside à la culture ou augmentation du Qi ou énergie Vitale, ainsi qu’à la libre circulation de celui-ci.

Au premier abord, pour l’occidental rationnel la notion de QI et d’Énergie Vitale reste vague, abstraite et ésotérique.

Pour la tradition énergétique chinoise, plusieurs fois millénaire, fondement de l’acupuncture entre autre et de tous les arts internes énergétiques chinois, le sang est une forme condensée du QI : le QI suit le sang et le sang suit le QI, nous disent les textes anciens.

Dès lors, la compréhension des bienfaits résultant de la mise en circulation du sang, mais aussi de tous les autres fluides, considérés comme la matérialisation des essences vitales de l’être humain,nous devient accessible.

Ainsi, les arts internes favorisent l’augmentation et la circulation du Qi et des flux internes :

  • Jusqu’au cœur des cellules, l’oxygénation, le transports des nutriments, l’évacuation des déchets et du CO2,…
  • Sollicitations internes des viscères, mouvements et massages des organes internes, et donc amélioration de leur fonction
  • Sollicitations et dynamisations des glandes endocriniennes, équilibre hormonal

L’esprit occidental peut donc transposer ses connaissances sur cette pratique. Il lâche enfin prise pour s’autoriser à percevoir les « 10 000 » sensations et images corporelles, témoins de la manifestations de la vie, de la force vitale, du QI, au sein de la matière, au sein de son propre corps.

Fasciné par tant de merveilleuses sensations nouvelles, l’Esprit rivé au corps, développe dans le plaisir, l’attention et la concentration. Au travers du corps , les manifestations de la Vie , le QI vécus au présent de manière intense et savoureuse apaisent la tension mentale.

Ce Corps, dont il faudra également modeler la disposition et le forme, afin de faciliter la libre circulation des flux.

Privilégier le relâchement musculaire :

  • les vaisseaux sanguins se dilatent, le sang , mais aussi la lymphe et le QI circule librement
  • les tensions musculaires et leurs sensations « bruyantes » disparaissent pour laisser place aux sensations plus fines et délicieuses des flux se mouvant dans tout le corps

Aligner les structures corporelles, squelette et articulations :

  • ni pencher en avant ni pencher en arrière, aligner la verticalité du corps avec les lignes de forces du champ terrestre : être en paix avec l’environnement
  • jouer de la force de gravité, alterner le plein et le vide, d’avant en arrière, de gauche à droite, d’un pied sur l’autre : suivre l’alternance naturelle de la vie
  • aligner et connecter le haut et le bas , la gauche et la droite, l’avant l’arrière : retrouver son unité
  • modifier et modeler chaque partie du corps au fur et à mesure du déplacement du flux, comme si on déroulait un tuyau de Qi, comme de creuser la terre pour canaliser l’eau d’irrigation : savourer la libre circulation

Peu à peu, le corps s’assouplit et se modèle, il devient complice et ami du mouvement respiratoire, de la respiration, du Souffle.

L’attention de l’esprit aux sensations énergétiques corporelles et le relâchement des tensions musculaires conduisent peu à peu à la synchronisation du mouvement du corps et de la respiration :

  • les tensions et contraintes corporelles de la respiration disparaissent
  • la respiration corporelle libérée induit des flux internes plus intenses, les effets sensoriels, corporels et énergétiques sont décuplés
  • respiration, le Souffle libéré de toutes limitations, tensions, carapaces et autres cuirasses, s’expanse dans l’univers et se condense aux confins de l’infini intérieur.

Voici, en synthèse, les fondements de la pratique des arts internes dévoilés !!

  • La synchronisation
  • de l’Esprit,
  • du Corps,
  • du Souffle,
  • conduit à la plus haute maîtrise des arts internes énergétiques…

Qu’ un seul de ces paramètres soit absent et la plus haute maîtrise du Qi devient un leurre.

En guise de conclusion et quelque soit votre choix, je vous souhaite les plus délicieux plaisirs à percevoir et mouvoir la force de vie, le QI, dans votre propre corps.

Je vous souhaite, par votre pratique, une bonne santé et une excellente longévité.

en savoir plus ...







• Centre de Taiji Quan et Qigong • 21 rue Maréchal Joffre • 44000 Nantes • tél : 06 83 66 23 94 •
thierry.doctrinal@wanadoo.fr